Chirurgie nerveuse - Recherche fondamentale

Effet du délai post-lésionnel sur les capacités régénératives intrinsèques des neurones sensitifs

P. Croutzet, J. Valmier, M. Chammas, F. Scamps
Société Française de Chirurgie de la Main – December 2009

 

Introduction

La lésion du nerf périphérique conduit, au niveau lésionnel, à un remodelage de l’environnement ayant pour objectif le guidage des axones néoformés. Il existe également au niveau du soma des neurones sensitifs des altérations moléculaires nécessaires à la repousse axonale. Il est bien démontré, sur modèle animal in vivo et in vitro, que la capacité intrinsèque des neurones à repousser peut être stimulée par un conditionnement lésionnel in vivo. L'objectif de ce travail est d'étudier les capacités régénératrices des axones sensitifs en fonction du délai par rapport à la lésion nerveuse.

 

Matériel et méthode

Après conditionnement lésionnel par section du nerf sciatique de souris adulte (12 animaux)  in vivo, les ganglions rachidiens dorsaux L4-L5 sont prélevés à différents temps et dissociés pour la mise en culture primaire sur Laminine des neurones sensitifs et l’étude de la repousse axonale. Les résultats sont comparés à un groupe témoin de neurones sensitifs mis en culture prélevés chez 10 souris n'ayant pas eu de section préalable du nerf sciatique. L'analyse dynamique de l'initiation et de la vitesse de repousse axonale s'est faite par vidéomicroscopie sur 24h avec traitement informatique des images pour chaque prélèvement.

 

Résultats

 L’analyse morphologique des neurones en culture montre que le conditionnement lésionnel in vivo induit une modification importante de la pousse axonale in vitro analysée 24 h après la mise en culture. En effet, en l’absence de conditionnement, les neurones sensitifs n’ont pas encore poussé ou présentent des arborisations courtes plus ou moins complexes. Après conditionnement, la pousse neuritique présente une forme élonguée avec peu d’arborisation et de longueur plus importante que les non conditionnés. Cette modification est dépendante du temps de conditionnement. En effet, le pourcentage de neurones sensitifs présentant cette pousse neuritique augmente en fonction du temps de mise en culture après le conditionnement. L’analyse faite de 1 jour post-lésion à 40 jours post-lésion montre un pic d’expression entre 5-7 jours (60 % des neurones) qui diminue progressivement pour atteindre10 % à 40 jours post-lésion. Nous montrons également que certains marqueurs moléculaires associés à la pousse régénérative disparaissent de façon temporelle corrélée à celle de la pousse régénérative.

 

Discussion et conclusion

Ces résultats démontrent que les propriétés régénératives intrinsèques des neurones sensitifs diminuent dans le temps, indépendamment de la reconnexion avec leur cible périphérique. L’identification des facteurs responsables de cette perte de capacité intrinsèque apparait comme une voie de recherche prometteuse parmi les stratégies de réparation des nerfs périphériques.